Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rassemblement des Africains pour l'indépendance de l'Afrique

Amadou Hampâté Bâ, Cheikh Amidou Kane, Thomas Sankara, Nelson Mandela, Youssouf Tata Cissé... les modèles ne manquent pas pour nous libérer des chaines qui nous lient depuis la " non " fin de la colonisation, à nos dictateurs, ceux qui ont pris le relais de leurs maîtres, notamment la France en ce qui concerne l'Afrique francophone. Il est plus que temps de rendre caduc les Constitutions héritées de la colonisation et perpétuées depuis ; de redéfinir le cadre politique de nos pays ainsi que leurs territoires, qui furent là aussi morcelés par des frontières imaginaires des Européens et enfin instaurer une monnaie africaine pour mettre fin au scandale du franc CFA.

Denis Sassou Nguesso - Dr Jekill et Mr Hyde

En lisant un article, paru dans Le Nouvel Obs sorti mercredi dernier, titré : Révélations – Le drôle d’orchestre de Mme Valls. « L’épouse du Premier rêvait de jouer avec les plus grands musiciens. Un jour, un homme d’affaires providentiel lui a proposé de créer un orchestre classique dont elle aurait la direction artistique : l’Alma Chamber Orchestra. Anne Gravoin n’a pas hésité. Et s’est retrouvée au cœur des réseaux de la Françafrique. »

L’on ne peut que tiquer lorsque l’on voit quels étranges personnages gravitent autour de l’épouse du Premier ministre, Manuel Valls. Le mystérieux homme d’affaires cité plus haut est Zouhir Boudemagh dont l’une de ses sociétés, Over the Rainbow, est co-productrice avec la société de Mme Valls, AG Productions, de l’Alma Chamber Orchestra. Cet éminent homme d’affaires cherchait des partenaires pour le financement du dit-orchestre. Il s’est déniché deux proches amis du dictateur congolais Sassou Nguesso. Le premier Jean-Yves Ollivier, un homme d’affaires de la Françafrique et le second Ivor Ichikowitz, le « principal fournisseur d’armes (blindés, avions de combat) » de son ami Denis.

Comme le souligne les journalistes du Nouvel Obs, « le concert donné ce 8 janvier est produit « en partenariat » avec la Fondation Brazzaville, émanation du président congolais Denis Sassou Nguesso, au moment où celui-ci refuse de quitter le pouvoir après trente-deux ans de règne sans partage ?... » Le président de la fondation n’est autre que Jean-Yves Ollivier.

Lorsque l’on va sur le site de la Fondation Brazzaville voici ci-dessous le texte que l’on peut lire :

" L’actuel Président de la République du Congo joue un rôle-clé dans l’histoire de son pays depuis le milieu des années 1970. Membre dirigeant du Parti congolais du travail (PCT), nommé ministre de la Défense en 1975, Denis Sassou Nguesso devient chef de l’État en979 et reste au pouvoir jusqu’à sa défaite électorale en 1992, dans les premières élections multpartites depuis l’indépendance. Il s’incline alors devant le verdict des urnes.

Cinq ans plus tard, il revient au pouvoir à la suite du refus des nouveaux dirigeants d’organiser des élections et d’une guerre civile entre plusieurs factions ayant déchiré la nation. En janvier 2002, l’adoption par référendum d’une nouvelle Constitution marque la fin de cette transition. En mars 2002, Sassou Nguesso est élu Président de la République. Il a été réélu en 2009.

En 1988, Sassou Nguesso, alors également président de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et connu pour ses convictions anti-apartheid, accueille dans sa capitale les négociations entre l’Afrique du Sud, l’Angola et Cuba qui ont été initiées par le sous-secrétaire d’État américain Chester Crocker. Cet acte de courage politique, ainsi que son implication dans les négociations, font de lui l’un des artisans de l’accord de Brazzaville, qui porte sur le retrait des troupes cubaines d’Angola et l’indépendance de la Namibie, sous occupation sud-africaine.

La paix régionale ouvre la voie à une fin négociée de l’apartheid en Afrique du Sud. Quatorze mois après la signature de l’accord de Brazzaville, Nelson Mandela est libéré, après vingt-sept ans de détention.

Lors de la célébration du 25e anniversaire de l’accord de Brazzaville, le président Sassou Nguesso lance l’idée d’une organisation héritière de l’esprit et du modus operandi ayant permis ce succès historique en matière de règlement de conflits. Il inspire ainsi la Fondation Brazzaville. "

Avec des amis pareils, Sassou Nguesso peut espérer rester au pouvoir jusqu’à la fin de sa vie.

Les opposants du dictateur congolais fustigent la non-réaction du président français, François Hollande, face à la mascarade électorale. Mais les étranges amitiés du Premier ministre français, Manuel Valls et de son épouse, Anne Gravoin, devraient les inquiéter davantage et expliquent certainement le mutisme des plus hautes autorités de l’État. Ce qui n’est pas le cas du Parti socialiste.

En juin 2015, Jean-Yves Ollivier a reçu les insignes d’officier de la Légion d’honneur des mains du Premier ministre Manuel Valls. L’on peut citer également l’honnête François Gontier, le président d’Eaux et Électricité de Madagascar (EEM), un groupe qui sous-loue ses bureaux à Mme Valls.

Que du beau monde.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article