Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog d'Alain Paul Nicolas

Rebelles d'Afrique et d'ailleurs cherche à mettre en place de nouvelles Institution et Constitution dans les pays d'Afrique en tenant compte de leur histoire et de leur culture, et en tentant de concilier tradition et modernité. La réflexion porte également sur l'abandon du franc CFA, et d'un redécoupage de territoires, car les uns et les autres sont ceux hérités de la colonisation. Entre 1500 et 1900, les Africains sont passés de 17 % à 7 % de la population mondiale. Il faut compter en moyenne quatre victimes collatérales pour un esclave vendu. Soit près de 100 millions de personnes ? (L'Afrique des idées, " Quel est le bilan humain de la traite négrière " par E. Lerouiel).

Niger - Un scandale hors norme ?

« Monsieur le juge, ici, un soldat est mort, en mission pour la République ; il ne veut ni les honneurs militaires, ni pleurs et lamentations. Comme, tous ceux qui sont morts avant lui, à Diffa, Tillabéry, Tahoua et ailleurs, il ne souhaite qu’une chose : être rassuré que vous aussi, vous accomplirez dignement votre mission, et monterez un dossier solide contre ceux qui ont transformé cette guerre en business. » Soldat Irkoy-Tamo, mortellement blessé le 18 mai 2020 (adressé au juge en charge des malversations financières au sein du ministère de la Défense), (Source : Le Point).

Le nombre de soldat tués dans la guerre contre les « barbus » (mot utilisé pour différencier les Croyants de ceux qui se réclament de Dieu pour enlever, violer et tuer) est impressionnant. Quelques rappels : le 10 décembre 2019, à Inates, 71 militaires ont été tués ; le 25 décembre 2019, à Sanam, 14 morts ; le 9 janvier 2020, à Chinégodar, 89 morts…  sans oublier les attaques meurtrières contre les villages et les ONG. Le 8 mai 2020, c’est le village de Zibane-Koira Zeno qui est attaqué ; le 09 août 2020, dans la réserve de Kouré, six membres français de l’ONG ACTED sont assassinés ainsi que le chauffeur et le guide (président des guides de l’Association de la valorisation de l’écotourisme au Niger) nigériens.

Le Niger est régulièrement attaqué par des groupes terroristes lourdement armés et se déplaçant en motos et jeeps. D’après l’ONU, la région de Diffa abrite 300 000 réfugiés nigérians depuis 2015, qui fuient les exactions commises par Boko Haram et l’Iswap. Dans la région dite des trois frontières, sévissent les groupes de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), Boko Haram et Daech.

Toujours selon l’ONU, les attaques des « barbus » au centre du Sahel ont fait 4 000 morts au Mali et au Burkina Faso en 2019. Depuis le début de l’année, plus de 120 attaques ayant fait plus de 660 morts. Selon les Nations unies, 3,2 millions de Nigériens ont besoin d’assistance humanitaire contre 2,3 en 2019. Sur les 516,1 millions de dollars cette année, seuls 41 % des besoins ont pour l’instant été financés. Les ONG en mission dans les pays du Sahel, on estime leur nombre à 2 000 au Mali, 3 000 au Burkina Faso et 500 au Niger.

Le montant du budget total du Niger en 2020 se monte à 2 266,15 milliards de francs CFA, dont 20 % pour le budget de la Défense, soit 453,3 milliards de francs CFA.

En 2010, le budget de l’armée était de 49,2 millions de dollars (un dollar correspondant à 557,028774 francs CFA).

Pour en revenir au courrier écrit sur un papier par le soldat Irkoy-Tamo, durant son agonie, il fait notamment référence au scandale touchant l’armée nigérienne, et notamment sur les marchés de matériel.

Du temps de Seyni Kountché, si chacun se plait à rappeler que durant sa présidence il ne s’est pas enrichi, il a laissé, ses sous-officiers et officiers ainsi que certains affairistes civils qui l’avaient soutenu, détourner à leurs profits d’énormes recettes de l’État. C’était certainement une manière de gouverner sans risquer d’être à son tour renversé par un coup d’État.

Le rapport de 53 pages de l’Inspection Générale des Armées sur les marchés publics du ministère de la Défense, révèle un système organisé de surfacturation ayant opéré depuis 2014. 12 sociétés (dont de nombreuses fictives) auraient surfacturé ou non livré pour un montant global de 76 milliards de francs CFA de 2014 à 2018, au préjudice du ministère de la Défense. Les surfactures représentent 48,3 milliards, les matériels non livrés 27,8 milliards.

Bien entendu, personne au sein du ministère n’avait rien vu !

Parmi les sociétés incriminées, figurent celles de Hima Aboubacar dit Petit Boubé (époux de la fille de l’ancien président Baré Maïnassara), notamment une, enregistrée au Nigeria, BRID A DEFCON qui a encaissée entre 2015 et 2018, un total de 88 milliards de francs CFA dont 1/3 surfacturé et non livré.  Cette société représente à elle seule 75 % des marchés du ministère de la Défense.

Le deuxième incriminé est Aboubacar Charfo qui entre 2014 et 2018, a capté environ 58 milliards de francs CFA, dont 14,5 milliards surfacturés et environ 4 milliards non livrés.

Deux exemples sur une douzaine de sociétés, toutes ces malversations touchent les pièces détachées, les pièces de rechange non livrées, l’achat d’AK47 rénovés, de deux camions grue (valeur 400 millions de francs CFA), d’un camion d’une valeur de 93 millions. Les principaux marchés truqués concernent l’achat de camions, véhicules de l’avant blindés et pièces détachées ; deux avions de chasse SU-25 (2012), la construction de hangars pour avions et hélicoptères, ainsi que des bâtiments militaires. Clôtures grillagées payées mais jamais livrées, l’acquisition de matériel de balisage de piste et d’éclairage de parkings à Diffa et Zinder, et la maintenance des hélicoptères MI-35. (source : site Internet Mondafrique).

Toutes ces malversations se sont faites au détriment de l’armée nigérienne, qui s’est retrouvée avec du matériel vétuste, et non adaptée face aux attaques des « barbus » ; Il s’agit d’actes d’une extrême gravité. Les deux affairistes cités précédemment et les autres, devraient être dans un souci de justice envers les militaires assassinés, et les populations, être arrêtées et poursuivies pour conspiration contre l’État. La présidence Issoufou restera entachée par ce scandale hors norme, certains membres de sa famille y serait mêlé ? Y aura-t-il des poursuites judiciaires engagées avant la fin de son mandat, on peut en douter.

 Une refonte totale de l’armée nigérienne devra être organisée afin qu’elle retrouve sa réputation d’armée efficace. Peut-être y a-t-il aussi trop d’officiers généraux peu enclins à se remettre en cause, dépassés par les événements et incapables de réformer les institutions militaires… La diplomatie a été la grande absente dans la politique du Président, hors la paix ne se gagnera pas qu'avec les armes. C’est peut-être dû aussi à la pression du président Macron qui préfère la guerre à la diplomatie.

L’élection présidentielle au Niger devrait avoir lieu le 27 décembre 2020. Des combats restent à mener malgré le coronavirus, l’abandon du francs CFA, la remise en cause des constitutions sur le modèle français, et un redécoupage des territoires. Tout un programme.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article