Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog d'Alain Paul Nicolas

Rebelles d'Afrique et d'ailleurs cherche à mettre en place de nouvelles Institution et Constitution dans les pays d'Afrique en tenant compte de leur histoire et de leur culture, et en tentant de concilier tradition et modernité. La réflexion porte également sur l'abandon du franc CFA, et d'un redécoupage de territoires, car les uns et les autres sont ceux hérités de la colonisation. Entre 1500 et 1900, les Africains sont passés de 17 % à 7 % de la population mondiale. Il faut compter en moyenne quatre victimes collatérales pour un esclave vendu. Soit près de 100 millions de personnes ? (L'Afrique des idées, " Quel est le bilan humain de la traite négrière " par E. Lerouiel).

À Bolya Baenga

Tu nous as bien eu, tu as profité de l’été où nous étions tous éparpillés de ci de là pour tirer ta révérence. T’on esprit s’en est retourné sur la terre de tes ancêtres, cette terre que tu avais fui il y a une éternité, déjà, et sur laquelle tu te refusais…

 

Tu es un écorché vif, un idéaliste voulant refaire le monde de l’Afrique avec ce réalisme qui te caractérise tant. Auteur d’ouvrage majeur, tel La profanation des vagins : le viol, arme de destruction massive, reconnu et engagé : la réalité des faits que tu dénonces dans toute sa barbarie fait de toi le digne fils des grands auteurs maudits.

Membre du groupe des Sept, bataillant ensemble pour l’Afrique et pour le changement sociétal des comportements des autres envers l’Africain, vous avez réussi au fil des années à agrandir ce cercle au-delà même de vos espérances de départ avec des compagnons de lutte venus d’horizons différents et ayant toutes et tous le même vouloir.

Ta vie fut une vaste toile d’araignée où chacun d’entre nous a trouvé sa place, se retrouvant parfois s’en même jamais se rencontrer les uns par rapport aux autres. Ta femme, ta fille, ta famille, tes amis… Mais…

Mais tu nous as tous trahi car tu as pris une maîtresse depuis très très longtemps. De celle qui t’a fait tourner la tête à ne plus savoir où tu es, qui tu es. Une maîtresse diabolique qui t’a persuadée qu’elle était à la fois, ta femme, ta sœur, ton amie, ta seule véritable amie. Celle avec qui tu es parti aujourd’hui, en nous laissant, je l’avoue, désorienté, désappointé, avec même un regret certain de ne pas avoir vu à quel point elle t’avait ensorcelé voire même métamorphosé jusqu’au point de non-retour.

Une de tes amies en s’adressant à la famille t’a comparé à un diamant. Certes. Mais comme le diamant tu as plusieurs facettes et dans certains cas te gérer nous fut bien ardu !

Tu vas nous manquer. Tu es à jamais dans nos cœurs, nous sommes les Gardiens du Temple et avec ton esprit, présent à chaque instant, nous continuerons tous ensemble le même cheminement.

Bolya, ce n’est qu’un au revoir…

 

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le parcours de Bolya Baenga, je leur recommande l'excellent article paru sur Afrik.com, « L'ultime départ de Bolya ».

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article