Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog d'Alain Paul Nicolas

Rebelles d'Afrique et d'ailleurs cherche à mettre en place de nouvelles Institution et Constitution dans les pays d'Afrique en tenant compte de leur histoire et de leur culture, et en tentant de concilier tradition et modernité. La réflexion porte également sur l'abandon du franc CFA, et d'un redécoupage de territoires, car les uns et les autres sont ceux hérités de la colonisation. Entre 1500 et 1900, les Africains sont passés de 17 % à 7 % de la population mondiale. Il faut compter en moyenne quatre victimes collatérales pour un esclave vendu. Soit près de 100 millions de personnes ? (L'Afrique des idées, " Quel est le bilan humain de la traite négrière " par E. Lerouiel).

Congo Brazzaville - François Soudan sous le charme de Sassou Nguesso !

Décidément, en France actuellement, le général Sassou Nguesso a la cote. Après la revue Balthazar, le plus de Jeune Afrique (dernier numéro) est consacré au Congo sous un titre accrocheur : « Congo Poussée de croissance ».

Je ne puis m’empêcher d’y souligner le commentaire de présentation : « Cure de jouvence au sein de l’état-major politique, évolution du PIB deux fois supérieure à la moyenne régionale… Le pays est paré au décollage. Reste à embarquer l’ensemble de la population. »

Page 79, Prélude de François Soudan Révolution culturelle.

Pour résumer sa pensée ( ?), les Congolais sont des ingrats, des jaloux et des gens qui ne s’aiment pas. Bien sûr j’exagère sur la forme mais sur le fond je suis très en dessous de la réalité.

De bonnes questions sont posées mais c’est oublier que le général Sassou Nguesso a mis le Congo Brazzaville, tel un chef mafieux, sous sa coupe et celle de son clan (parents, parti, obligés…) au détriment des populations qui ne peuvent, malgré les nombreuses richesses et ressources naturelles de leur pays, accéder au minimum dans leur quotidien. Électricité, accès aux soins, évacuations des eaux usagées, etc..

Le dernier paragraphe donne le ton : « Tant que l’on préférera tirer vers le bas ceux qui montent plutôt que de les appuyer afin qu’ils aident leurs compatriotes, plus tard, à sortir du trou ; tant que la vertu de solidarité, l’une des bases essentielles du développement, sera noyée sous les jérémiades de l’envie et de la défiance mutuelle, la croissance reposera sur des sables mouvants. Il faut que tout change. On appelle cela une révolution culturelle. »

Non ! Il ne s’agit pas d’une révolution culturelle mais d’une Révolution comme celles qui se sont engagées dans de nombreux pays africains ou européens pour dénoncer la non-confiance dans les dirigeants politiques et leur copinage voire leur enrichissement avec les affairistes de tout poil (banquiers surtout) pour paupériser les populations.

Fort heureusement les Congolais n’ont pas attendu les conseils de François Soudan pour se prendre en main et mener bataille contre le général Sassou Nguesso, non pas par les armes qui est la seule réponse des dictateurs.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article